Le mauve des nuages.

p1100341 p1100342 p1100349 p1100351 p1100354 p1100356 p1100360 p1100361 p1100362 p1100363 p1100367 p1100369 p1100373 p1100375 p1100378 p1100386 p1100388 p1100389 p1100390 p1100392 p1100393 p1100397 p1100401 p1100404 p1100406 p1100407 p1100408 p1100410 p1100414 p1100415La pluie y est plus fréquente et plus battante.

Sous l’effet des marées la journée promet parfois les quatre saisons et nous joue mille tours.

Le froid n’y est jamais tout à fait sec et le soleil a toujours un quelque chose d’humide, bref la Normandie, mon plancher aux vaches et ses pommiers, ses plages bordées de falaises, sa mer qui monte et qui descend et les nuages qui tirent au mauve jusqu’à se confondre dans l’eau vive.

 

p1100342 p1100349 p1100351 p1100354 p1100356 p1100360 p1100361 p1100362 p1100363 p1100367 p1100369 p1100373 p1100375 p1100378 p1100386 p1100388 p1100389 p1100390 p1100392 p1100393 p1100397 p1100401 p1100404 p1100406 p1100407 p1100408 p1100410 p1100414 p1100415

Cette dernière photo image bien notre moment passé avec la vieille dame de mon cœur, c’est comme avoir attrapé le pompon. Ce petit bonheur d’avoir chopé le petit plus au bon moment.

Ce délice de lui avoir fait plaisir, alors que sans même le savoir elle nous a fait encore plus plaisir d’être tellement elle, cette dame si digne, si forte et drôle.

Alors pendant que les nuages tirent au mauve et filent rejoindre le gris de la mer, je fixe dans mon âme les doux moments passés en famille, entre femmes, au coin de la cheminée pour garder nos cœurs bien au chaud malgré le froid qui arrive.

Je vous embrasse.