Une vie à construire

Comme chaque année, tel un rituel, un pèlerinage immuable, nous nous sommes rendus sur l’esplanade Charles de Gaulle à Montpellier.

Comme chaque année nous avons d’abord tourné un peu en rond en nous attendant les uns les autres.

Comme chaque année on a allumé une clope, de celle qu’on pense qu’on devrait arrêter bientôt, on a admiré la place de la Comédie, grandiose, sans jamais être blasé du spectacle magistral qu’elle offre. Comme chaque année on a payé nos tickets et on s’est posé devant le joli musée Fabre, celui qui a des pavés noirs et blancs aussi glissants qu’une patinoire, celui qui nous offre les lumières dans la nuit, celles qui émerveillent les enfants chaque année.

P1080348 P1080349 P1080350 P1080351 P1080353 P1080354 P1080356 P1080357 P1080358 P1080359 P1080361 P1080363 P1080365 P1080366 P1080367 P1080368 P1080369 P1080371 P1080372 P1080373 P1080375 P1080376 P1080377 P1080378 P1080379 P1080380 P1080381 P1080382 P1080383 P1080384 P1080388 P1080390 P1080409 P1080418 P1080421 P1080422 P1080437 P1080444 P1080445 P1080456 P1080457 P1080458 P1080459 P1080460 P1080461

On est venu là, en toute simplicité, comme ça doit être.

Les enfants ont d’abord retiré leurs chaussures et se sont mis à courir partout en riant à gorges déployées. Pendant qu’on priait pour qu’ils ne se fendent pas le crâne par terre, on a comprit qu’ ils commençaient à se construire, à construire leur vie, pendant que nous, avec eux, on poursuit de construire la nôtre.

J’essayais de saisir quelques uns de ces précieux instants, j’ai réalisé que c’était cette vie là que je veux lui offrir. Une vie de liberté et de plaisirs simples.

Dans cette vie tu peux courir pieds nus en pleine rue, tu peux danser au milieu d’une foule inconnue, tu peux me narguer de boire une boisson que je n’aime pas te voir boire, tu peux rire aux éclats en noyant les décibels dans la cohue d’un vendredi soir.

Je ne sais pas de quoi demain sera fait, je ne sais pas avec certitude ce que je pourrais te donner.

Ce que je sais, c’est que je t’apprendrais à faire ce que tu veux faire, je t’apprendrais à faire ce que tu sauras faire de mieux, je t’apprendrais à briller par toi même et à aller au bout de toi et des chemins que tu choisiras. Je t’apprendrais à te tromper pour que tu avances mieux et plus loin. Je t’apprendrais à t’aimer parce qu’on fini toujours par se détester un jour. Je t’apprendrais  la paix. Je te dirais toujours mon amour.

Aussi simplement qu’un pique nique sur l’herbe entourés d’amis et de vins, je t’apprendrais la vie simple, celle qui je l’espère, sera la meilleure des bases et qui j’en suis sûre, tu sauras agrémenter de toute ta fantaisie.

…, toute une vie à construire.

Retrouvez les Estivales tous les vendredis de l’été sur l’esplanade. Dégustations de vins, stands de cuisines d’ici et d’ailleurs, cette année il y avait même une animation Charleston proposée par les studios Swing Cat, l’ambiance était au top et nous aux premières loges!  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s