Nouvelles du front #1

Cette semaine je suis en congés, tellement mérités à mon goût. Je rêvais, en attendant ce doux moment, de farniente, de calme et de solitude…

Raté ma vieille, ici c’est la guerre, entre les rouleaux et la sous couche, tiraillée entre les travaux et le déménagement, ensevelie sous les milliards de choses qui restent à faire.

Bien sur, lorsque c’est la célébrissime Valoche qui joue du pinceau avec son équipe d’italiens roulant les « r », là c’est glamour, drôle et sympathique. Dans la vraie vie, comment dire…

Étape une, le ponçage des bandes de placo. Un moment magique. Imaginez votre mec muni d’une espèce de ponceuse géante reliée à un aspirateur au bruit tonitruant qui claque toutes les vingt secondes comme si quelqu’un s’enfonçait littéralement dans un mur! Notez que sans cet engin de torture nous serions déjà décédés sous la poussière et on aurait retrouvé nos corps, certes très vite mais surement en piètre état!

De mon côté pendant que Roméo se prenait pour le Iggy Pop du bricolage, moi je me délectait de l’art de la danse! A mi chemin entre le step et la danse classique j’ai passé la journée sur un escabeau! Moi qui généralement ai déjà le vertige du haut de mes talons aiguilles, j’aime autant vous dire que je ne fais plus vraiment cas de mes états d’âmes! Monter, descendre, tourner en rond sur le plateau du haut la tronche vissée sous le plafond…

J’ai peint le sol de mon garage, peint mon premier et dernier plafond, notez que j’ai une profonde aversion pour cette dernière activité et que les dits plafonds n’aiment pas du tout que je les peigne eux non plus! J’ai lessivé des murs remplis de poussière collante, dégagé plus d’angles que je ne l’aurai jamais imaginer et je peux aisément prétendre aux J.O de pose de scotch…, médaille d’or assurée!

En somme, je n’ai plus de bras, d’épaule, de jambe ni même l’ombre d’un bout de rotule valide. Autant vous dire que moi qui disais avoir une petite maison j’ai juste la sensation de retaper un manoir, mais quel bordel!

Fort heureusement pour nous, nous avons la chance d’avoir avec nous la brigade du rouleau, les as des pots de dix litres, mes beaux parents qui nous sont d’une aide précieuse.

Je suis lessivée, au bout du rouleau, aucun commentaire sur la facilité lamentable de ces jeux de mots je vous prie, mais nous sommes tout de même contents.

Demain achat et pose de la cuisine, je sens que ça va être un très grand moment, et fin de semaine préparation des cartons, oui oui, seulement maintenant!

Ici c’est la guerre et je vous envoi le plus régulièrement possible mes lettres du front.

Priez pour nous.

PS: Notez de ne jamais, j’ai bien dis JAMAIS écouter les pingouins des magasins de bricolage qui s’y connaissent comme moi je suis bonne sœur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s